Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Vannes. La grève se poursuit au service médecine interne de l'hôpital

 

Vannes. La grève se poursuit au service médecine interne de l'hôpital

  • C'est le 14e jour de grève pour le personnel du service de médecine interne qui depuis ce mardi va au-devant du public pour expliquer les raisons de son mouvement.
    C'est le 14e jour de grève pour le personnel du service de médecine interne qui depuis ce mardi va au-devant du public pour expliquer les raisons de son mouvement. | Patrick Certain

 

Infirmières et aides-soignantes du service de médecine interne sont en grève depuis quatorze jours à l'hôpital de Vannes. Elles dénoncent un manque de moyens.

Au 14e jour de grève dans le service de médecine interne, hématologie et maladies infectieuses de l’hôpital Bretagne Atlantique à Vannes, le mouvement prend ce mardi un autre aspect en sortant de ses murs. En effet, infirmières et aides-soignantes vont désormais au-devant du public dans le hall d’accueil de l’établissement pour expliquer les raisons de leur mécontentement.

Manque de personnel

« Cela fait trente-cinq ans que je travaille dans ce service et jamais je n’avais fait attendre des patients. Mais cette fois nous ne pouvons plus continuer dans de telles conditions », explique une aide-soignante. Avant de poursuivre : « Les malades nous comprennent parce qu’ils sont souvent de longue date dans ce service et ils nous voient de plus en plus courir d’une chambre à une autre. »Ce service qui compte 40 lits, emploie 23 infirmières et 19 aides-soignantes. « Le jour, nous sommes trois infirmières et trois aides-soignantes alors qu’il en faudrait deux fois quatre. La nuit, c’est encore plus grave, elles ne sont plus qu’une infirmière et une aide-soignante », précise une salariée.

Moins de lits ouverts

En raison du départ en vacances de plusieurs médecins, la direction vient de décider de fermer huit lits pour descendre la capacité à 22 patients. Mais à la fin des vacances scolaires, dans moins de quinze jours, le problème de surcharge de travail risque de revenir en force. « La direction nous répond que nous devons mieux organiser notre travail. C’est impossible. La grève continue et nous espérons que d’autres services vont nous suivre car eux aussi sont confrontés aux mêmes problèmes d’effectifs. »



10/02/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres