Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Suspension provisoire du plan Hirsch à l’AP-HP

Suspension provisoire du plan Hirsch à l’AP-HP

santé
Cécile Rousseau
Jeudi, 3 Décembre, 2015
L'Humanité

319327 Image 0
AFP
Grâce à l’occupation du siège de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris, les syndicats ont obtenu un sursis.

Une première avancée. Hier midi, l’intersyndicale CGT, SUD, FO, CFE-CGC, CFTC et Unsa qui occupait le siège de l’Assistance publique des hôpitaux de Paris (AP-HP) depuis 48 heures a levé le camp. Les organisations ont obtenu de Martin Hirsch, directeur général de l’AP-HP, la suspension de la réforme du temps de travail, se traduisant par des suppressions de RTT pour les agents. Lundi, le CHSCT venait de décider d’une expertise sur cette refonte des 35 heures. Mais, en parallèle, dans les groupes hospitaliers, les changements organisationnels se mettaient déjà en place. La direction s’est donc engagée à attendre le résultat de cette enquête avant de poursuivre son instauration.

 

« C’est le respect du Code du travail, confirme Rose-May Rousseau, secrétaire générale de l’Usap-CGT, mais ce que nous voulons, c’est l’arrêt du plan le temps de l’état d’urgence ! Et nous demandons toujours sa suppression définitive ! Ça serait une reconnaissance concrète des missions des soignants, bien plus que de débloquer 3 millions d’euros pour leur donner des primes après les attentats ! »

 

Alors que les manifestations publiques sont très restreintes, voire interdites, le gouvernement en profite pour faire passer ses réformes. Hier, c’est la très contestée loi de santé de Marisol Touraine qui était adoptée à l’Assemblée nationale. Avec cette occupation du siège de l’AP-HP, les syndicats trouvent d’autres formes d’actions. Comme l’explique Gilles Damez, un des secrétaires de FO, « on attendait que Martin Hirsch se déplace en personne pour nous rencontrer, mais il s’est juste fendu d’une déclaration à tous les agents disant qu’il n’essayait pas de passer en force »... Cette réforme des 35 heures aboutirait à une baisse horaire théorique et à une coupe claire dans les RTT. Impossible à tenir en conservant une charge égale de travail pour les soignants. « On refuse qu’ils dépassent leurs horaires et bossent gratuitement », insiste Gilles Damez. Pendant que le directeur général, qui se présente comme un chantre du dialogue social, faisait venir un huissier de justice pour constater le sit-in, les liens entre les syndicats se resserraient. « Durant deux jours, on a beaucoup débattu, se réjouit Rose-May Rousseau. On montre au personnel qu’on reste tous mobilisés dans ce contexte compliqué. » 
Les syndicats bénéficient désormais de 45 jours avant le rendu de l’expertise du CHSCT. Tous se retrouveront bientôt pour définir de nouvelles modalités d’actions.

 


03/12/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres