Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Royaume-Uni : les contrats d'embauche sans garantie se multiplient

source : médiapart

Royaume-Uni : les contrats d'embauche sans garantie se multiplient

Le 1er mai dernier, l’ONS (Office of National Statistics) a révélé une situation qui, en matière d’emploi, ramène le Royaume-Uni et son gouvernement conservateur de coalition non plus au dix-neuvième siècle mais au Moyen-Âge où les serfs étaient taillables et corvéables à merci, et, donc, réduits à l’état d’esclaves. Donc l’ONS a constaté que les zero-hours-contracts — contrats de travail qui ne prévoit aucun minimum horaire et, de fait, aucun salaire minimum — concernaient 583.000 personnes en 2013. Ce sont désormais 1.400.000 britanniques qui entrent dans cette nouvelle catégorie d’esclaves contemporains.

 

Un salarié britannique sur 10  est soumis à cette scandaleuse situation et ce sont principalement les femmes, les jeunes et les plus de 65 ans qui sont majoritairement victimes de cet esclavage professionnel. L’enquête de l’ONS montre que plus de la moitié des employeurs des secteurs du tourisme, de la restauration, du commerce de détail et de l’alimentation utilisent ces contrats d'embauche sans aucune garantie. Le parti travailliste a fait part de sa légitime indignation. Quant à Vince Cable, secrétaire d’étatLibDem aux affaires économiques, à l’innovation et aux compétences du gouvernement de coalition dirigé par David Cameron, il s’est contenté de la déclaration suivante, qui, loin de rassurer, a mis le feu aux poudres : Their own analysis shows that these types of contract can provide important and flexible employment opportunities that suit most people in these jobs and provide an average of 25 hours' work a week. Lisez : Leur (celle de l’ONS) analyse montre que ces types de contrats peuvent fournir des possibilités d’emploi importantes et souples qui conviennent à la plupart des gens dans ces situations, ainsi qu’une moyenne de 25 heures par semaine.

 

Vince Cable est donc sur la même longueur d’ondes que le sinistre Monsieur Gattaz, de ce côté-ci de la Manche, et n’a cure des conséquences financières sur la vie quotidienne des britanniques qui sont ainsi honteusement exploités. L’enquête de l’ONS arrive au même moment que le rapport du National Institute of Economic & Social Research qui indique que depuis 2008 les salaires des moins de 25 ans ont baissé de plus de 14%, ce qui ramène cette catégorie de travailleurs à une situation identique à celle de 1998. Les salariés de la tranche d’âge 25-29 ans ont, quant à eux, perdu 12% dans la même période. Le salarié britannique moyen a, depuis 2008, vu son pouvoir d’achat annuel diminuer de 2.000 livres sterling, soit un peu plus de 2.400 €.  Parmi les jeunes qui sont victimes de ce piège honteux il y a bon nombre de jeunes diplômés de l’université qui se sont endettés pour payer leurs études.

 

Pour mémoire Vince Cable a dû payer une amende de 500 livres sterling pour avoir « omis » de déclarer 25.000 livres sterling aux impôts en 2011, lire ici le rappel du Guardian. Par ailleurs, selon les informations données par le site du parlement britannique, un secrétaire d’état qui est aussi député , ce qui est le cas de Vince Cable, élu de Twickenham, perçoit chaque année 65.738 livres sterling, soit environ 80.000 €…



05/05/2014

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres