Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

logements chers, expulsions : raz le bol !!

 

source  : actualités Orange
Logement : les temps sont durs pour les locataires, moins pour les propriétaires

Quel rapport les Français entretiennent-ils avec leur lieu de vie ? Pour la deuxième année consécutive le Sofinscope, le baromètre de la consommation et du quotidien, s'est intéressé à leur budget logement. Le constat de cette étude ? Les Français dépensent 633 euros mensuels pour se loger. Mais une catégorie subit la crise de plein fouet, les locataires, qui ont de plus en plus de mal à payer leur loyer et sont contraints de se priver au quotidien.

 
   
augmenter la taille du textediminuer la taille du texte

 

633 euros par mois pour se loger

Loyer ou remboursement d'emprunts immobiliers, voilà la somme que dépensent chaque mois les Français. Elle est en hausse de 16 euros par rapport à l'année dernière. Mais pas pour tout le monde. Si le budget des propriétaires s'élève à 793 euros mensuels, il est en baisse de 6 euros par rapport à 2012. En revanche, les locataires (551 euros) voient leurs dépenses s'envoler de 32 euros par mois. En moyenne, les Français consacrent près d'un quart de leurs revenus (23,4%) à leur cocon. Mais ce pourcentage cache d'énormes disparités. Les locataires allouent en effet plus du tiers (36,5%) de leurs revenus à leur logement, contre 14,5% pour les propriétaires (30,6% pour les accédants à la propriété).

Les locataires pris à la gorge

En 2012, 45% des locataires estimaient trop dépenser pour se loger. Cette année, ce sentiment est encore plus prononcé : 60%, soit une hausse de 15 points, trouvent que le prix de leur loyer est disproportionné par rapport à leurs revenus. Le poids du poste logement est plus supportable pour les propriétaires (25% disent dépenser trop), les accédants à la propriété (38%) et les propriétaires ayant déjà remboursé leur emprunt (18%).

Se priver pour se loger

Atteints par la crise , les locataires sont contraints à des arbitrages. Ainsi, 82% d'entre eux (contre 47% des propriétaires) estiment que leur budget logement a un impact fort sur leur capacité d'épargne. Même chose pour les loisirs : 75% des locataires (et 38% des propriétaires) se privent. Les vacances sont amputées (76% contre 41%), ainsi que les travaux et la décoration (67% contre 49%), l'habillement (67% contre 35%) et l'alimentation (66% contre 34%). Plus étonnant encore, 56% des locataires et 31% des propriétaires affirment que le coût trop élevé de leur logement a un impact sur leurs dépenses de santé...

La moitié des locataires peine à payer s

Le chiffre est considérable : 46% des locataires ont des difficultés à régler leur loyer. C'est d'ailleurs le cas de 29% des Français, toutes catégories confondues. Les propriétaires sont les plus épargnés (18%), contrairement aux personnes ayant contracté un emprunt (31%). Plus la part de leurs revenus qu'ils consacrent à leur logement est importante, plus les sondés sont en difficulté. Ceux qui y allouent plus d'un tiers de leur budget mensuel sont ainsi 55% à avoir du mal à régler la facture. Un chiffre néanmoins en baisse de 8 points comparé à l'année dernière.

La solution : moins dépenser

Comment réagissent les Français face à la difficulté ? Ils réduisent leurs dépenses à 73%. Autre possibilité envisagée, tenter d'augmenter ses revenus (33%). Un bon plan cependant moins évoqué que l'année précédente (-13 points). 13% du panel envisage même une solution radicale : déménager. Locataires et propriétaires ne sont, cette fois encore, pas au diapason. Quand les propriétaires – en général plus âgés – parlent de réduction de dépenses, les locataires escomptent une augmentation de leurs revenus pour parvenir à joindre les deux bouts.

Des prix rédhibitoires

Lorsque les Français souhaitent changer de logement, c'est le niveau du loyer qui les freine dans leur démarche à 75%. Le prix, un critère bien plus important qu'un logement ne répondant pas à leurs attentes (38%) et les garanties requises (31%). Quant aux propriétaires, ils s'inquiètent du montant du remboursement de leur emprunt (34%), de la difficulté à vendre leur bien actuel (28%) et de l'acceptation de leur crédit (23%).

Méthodologie

Le Sofinscope, baromètre de la consommation et du quotidien de Sofinco, est destiné à sonder les Français sur leurs habitudes de consommation. Etude réalisée auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus, constitué selon la méthode des quotas, au regard des critères de sexe, d'âge, de catégorie socioprofessionnelle et de région de résidence. Mode d'interrogation : l'échantillon a été interrogé en ligne sur système Cawi (Computer Assisted Web Interview). Dates de terrain : les interviews ont été réalisées les 3 et 4 avril 2013. Toute publication totale ou partielle doit impérativement utiliser la mention complète suivante : "Le Sofinscope - Baromètre OpinionWay pour SOFINCO" et aucune reprise de l'enquête ne pourra être dissociée de cet intitulé. OpinionWay rappelle par ailleurs que les résultats de ce sondage doivent être lus en tenant compte des marges d'incertitude : 2 à 3 points au plus pour un échantillon de 1000 répondants. OpinionWay a réalisé cette enquête en appliquant les procédures et règles de la norme ISO 20252.

 

 
 


18/04/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres