Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Liquidation des biens publics grecs : tout doit disparaître Stéphane Aubouard Mardi, 28 Juillet, 2015

Liquidation des biens publics grecs : tout doit disparaître

Stéphane Aubouard
Mardi, 28 Juillet, 2015
L'Humanité
Privatisations La Troïka débarque à Athènes, avec l’ambition de mettre la main sur 50 milliards d’euros d’actifs publics. Un montant faramineux qui serait réservé, pour moitié, au remboursement de la dette.

Ils sont de retour.

Après avoir été un temps chassés par le nouveau gouvernement Syriza, les Men in Black de la Troïka (BCE, FMI, Commission européenne) ont atterri hier matin à Athènes (Grèce), sur les lieux mêmes du crime, pour vérifier qu’Alexis Tsipras engage bien le sale boulot. En échange de leur nouveau « plan d’aide » – imposé par la force il y a deux semaines –, dont le montant oscille entre 82 et 86 milliards d’euros, l’idée phare des créanciers est la constitution d’un fonds de privatisation censé amasser 50 milliards d’euros, dont la moitié devra aller à la recapitalisation des banques.

Pour ce faire, le nouveau fonds se substituera ou accompagnera l’ancienne agence de privatisation des biens publics grecs, Taiped, qui jusqu’à présent n’a pourtant guère fait ses preuves. Les ventes, estimées à 23 milliards d’euros entre 2014 et 2022, devraient rapporter 3 milliards d’euros par an. Depuis 2011, l’agence n’en a encaissé qu’un seul par année. Qu’importe, la course folle doit continuer et ce malgré des chiffres annoncés complètement irréalistes. « 50 milliards d’euros, en matière de privatisations, c’est extrêmement ambitieux pour une économie plongée dans la pire récession de son histoire », juge ainsi Diego Iscaro, analyste de la société IHS, tandis que Charles Wyplosz, professeur à l’Institut des hautes études internationales et du développement de Genève, remarque une mise en place « extraordinairement intrusive » de cette nouvelle structure. « Que vont-ils faire ? Privatiser les monuments historiques ? » Même le FMI, pourtant acteur majeur de cette bouffonnerie, n’y croit pas, estimant que les recettes des privatisations ne dépasseraient pas les 500 millions d’euros par an. Il faudrait en ce cas un siècle au nouveau Taiped pour atteindre ses objectifs. Il n’aura en revanche pas fallu cent ans à trois responsables de l’actuelle agence de privatisation pour se remplir les poches. Depuis lundi dernier, ils sont l’objet de poursuites pénales par la procureure anticorruption Eleni Raïkou, pour malversation sur la période allant de mai 2013 à mai 2014. Un véritable scandale concernant la vente de 28 bâtiments publics, mais qui ne semble guère affecter la morale des vendeurs fous de la Troïka prêts encore à vider de son sang tout un pays : ports, réseau ferré, autoroutes, aéroports, sources thermales, mais aussi compagnies d’énergie, et enfin 80 000 immeubles du parc immobilier public, dont 3 000 sur la Riviera… tout doit passer à la broyeuse, c’est le message que viendront dès aujourd’hui encore souffler les hommes de main de la Troïka à l’oreille des Grecs.



31/07/2015

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres