Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Jeunes et précarité 1

source : Alternatives économiques

 

Le parcours précaire des jeunes actifs les expose à des conditions de travail délétères pour leur santé, en particulier ceux n'ayant pas de diplôme. Une réalité non prise en compte par les politiques d'emploi, qui entretiennent cette précarité.

 

Les jeunes actifs de moins de 30 ans ne souffrent de rien, sauf de la précarité", affirme Marie Pascual, médecin du travail en Seine-et-Marne. 
Au début de leur vie professionnelle, les jeunes effectuent un véritable parcours initiatique. 
Entre 21 ans, âge moyen de la fin des études, et 28 ans, âge de la stabilisation dans l'emploi, il faut compter sept années mêlant chômage et emploi temporaire (contrat à durée déterminée, interim, contrat aidé, stage). 
Cette durée moyenne tend à s'allonger jusqu'à 30 ans. 
Mais elle diffère en fonction de la formation initiale et du diplôme, ainsi que de l'origine sociale et territoriale du jeune, selon la direction de l'Animation de la recherche, des Etudes et des Statistiques (Dares) du ministère du Travail. 

 

 

_____________________________________________________________________________

 

Les jeunes actifs sont particulièrement exposés à des formes d'emploi précaires au début de leur parcours professionnel : intérim, CDD, stages… 
Selon l'enquête Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels (Sumer) 2010, près d'un jeune sur deux de moins de 25 ans a un statut précaire. 
Selon d'autres sources, pour un jeune sur deux de 25 à 29 ans présent sur le marché du travail, un sur trois est sous contrat temporaire. 
Ce parcours précaire dure plus ou moins longtemps selon le niveau de diplôme, les moins qualifiés mettant plus de temps à trouver une forme d'emploi stable. 



15/08/2013

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres