Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Hôpital du Scorff : ça craque ! La pédiatrie se mobilise

Publié le 24 novembre 2016 source : Le Télégramme
Les infirmières et les auxiliaires de puériculture ont manifesté leur colère, hier après-midi, à l'entrée de l'hôpital. Les infirmières et les auxiliaires de puériculture ont manifesté leur colère, hier après-midi, à l'entrée de l'hôpital. La nouvelle organisation du service a mis le feu aux poudres.
 
Hier après-midi, les équipes de pédiatrie du centre hospitalier du Scorff ont débrayé une heure pour dénoncer leurs conditions de travail. Ce mouvement sera reconduit ces prochains jours. Elles étaient de repos mais elles ont remis leurs blouses blanches hier après-midi et se sont regroupées à l'entrée de l'hôpital du Scorff pour exprimer leur exaspération, pendant que leurs collègues, réquisitionnées, assuraient l'accueil et le suivi des patients. Hospitalisations en baisse urgences en hausse « Nous sommes toutes solidaires dans le service », préviennent les infirmières et les agents de puériculture.
« Demain, à la même heure (aujourd'hui NDLR), c'est une autre équipe qui débrayera. Nous nous mobiliserons tant que nous n'aurons pas été reçues par la direction ». Cette montée de fièvre sociale en puériculture fait suite à une réorganisation du service mise en application le 15 novembre. « On impose désormais aux auxiliaires de puériculture le bio-nettoyage des chambres après les sorties dans les cas d'infection. Non seulement cette tâche était assurée précédemment par des agents des services hospitaliers mais en pédiatrie, ces cas particuliers représentent 90 % des hospitalisations », affirme Maud Cochard, infirmière puéricultrice et déléguée CGT, qui dénonce un accroissement des charges de travail pour une équipe déjà très sollicitée. Toutes défendent la spécificité du service et déplorent le silence de la direction. « L'agence régionale des soins reconnaît la particularité du public reçu et des soins. C'est pour cette raison que nous travaillons en binôme : une infirmière et une auxiliaire de puériculture. Quand l'une fait les soins, l'autre distrait et détend l'enfant, souligne la déléguée CGT. On ne parle pas le même langage avec la direction. Quand on parle qualité et sécurité des soins, on nous répond taux d'occupation des lits ! »
Jointe par la rédaction, la direction du centre hospitalier n'a pas souhaité réagir. Néanmoins, elle admet qu'une réflexion est en cours afin d'adapter les moyens aux besoins dans un secteur où le nombre d'hospitalisations complètes est en baisse. Des renforts temporaires des équipes seraient envisagés en période d'épidémie.
« Le premier service à craquer » Le personnel du service ne nie pas cette tendance mais il oppose une hausse régulière de l'activité des urgences pédiatriques. « C'est en première partie de nuit, jusqu'à 1 h, que l'activité est la plus soutenue. Or, il n'y a que deux infirmières », précise l'intersyndicale CGT, CFDT, Sud santé qui réclame la création d'un poste d'auxiliaire de puériculture la nuit.
 
Pour l'heure, la direction n'a pas donné suite à la demande de réunion. « Tous les services pédiatrie de France sont en souffrance », confie une infirmière. « La pédiatrie est le premier service à craquer. Mais tous les autres sont confrontés aux mêmes difficultés », s'alarment les syndicats. « Non à la rentabilité, oui à la qualité. » Le slogan brandi hier, à l'entrée du centre hospitalier par le personnel de la pédiatrie, sera-t-il décliné plus tard dans d'autres services ?

© Le Télégramme - Plus d’information sur http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/hopital-du-scorff-la-tension-monte-en-pediatrie-24-11-2016-11304666.php?share_auth=e923c2d0a2b218dbaa2f3c155e34a0bb#closePopUp


24/11/2016
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres