Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Haro sur les cheminots pour préparer la contre-réforme de la SNCF !

Haro sur les cheminots pour préparer la contre-réforme de la SNCF !

Publié le par FSC

la campagne du pouvoir et des médias

espère dresser l'opinion contre les cheminots !

En écoutant ce jour les grands médias audios, télévisuels ... ce qui frappe c'est qu'à leur manière ils ont déjà engagé la bataille contre les cheminots.

En essayant de faire croire que les cheminots vont se battre SEULEMENT pour conserver leur statut .

C'est que depuis des mois et des mois, des années ils présentent ces garanties collectives issue d'une histoire et d'une spécificité professionnelle comme une anomalie et comme un privilège.

Opération de division classique mais qui mérite d'être contrée fortement : ils jugent en effet que contrairement à 1995 l'opinion aurait évolué et ne serait pas prête à soutenir les cheminots dans un conflit dur.

C'est ainsi que ce dimanche sur le plateau de l'émission "C politique" Thomas Snégaroff qui indique que par les cheminots avaient pu mettre en échec toutes les tentatives de réformes expliquant selon sa grille de lecture que 3 facteurs avaient concouru à ces victoires :

une capacité dit-il de nuisance, de blocage

un front syndical relativement uni

et puis l'image exceptionnelle des cheminots héritée de la seconde guerre mondiale : le cheminot résistant illustrée dans le film de Clément : "La bataille du rail" , la légion d'honneur accordée à la SNCF pour faits de résistance ... "toucher aux cheminots c'est toucher à un héros de la patrie"

Pour conclure au présent selon notre brillant analyste que si les 2 premières conditions sont toujours actuelles, ce qui a changé c'est l'image des cheminots :

" le problème c'est l'image du cheminot, le temps a fait son oeuvre, le cheminot n'est plus le héros de la résistance, d'ailleurs même en 2011 pour clore la boucle Guillaume Pépy a reconnu le rôle de la SNCF dans la Shoa, donc l'image même de la SNCF a été un peu déconstruite de ce héros de la résistance, et puis plus concrètement et ça inquiète beaucoup la CGT et les cheminots, les cheminots sont aujourd'hui accolés, attachés, reliés aux pannes, aux retards, aux accidents et c'est peut-être cette image là, l'importance de l'opinion publique dans les mouvements sociaux qui risque de faire changer les choses, on le verra le 22 mars "

Bien sûr notre brillant analyste ne dira rien de la récurrente mise en garde des organisations syndicales sur la dégradation effective du service public, les suppressions de postes, l'abandon de la maintenance du réseau sur de nombreux points du territoire, précisément les fameuses petites lignes ... et en amalgamant la responsabilité des dirigeants de l'entreprise, celle des politiques de droite et PS à celles des cheminots qui eux ne dirigent pas la SNCF!

Et surtout que ces mauvais fonctionnement sont la conséquence des politiques que précisément ils veulent poursuivre et aggraver utilisant ici comme ailleurs les conséquences de leur politique, le sentiment dans le public que "ça ne va pas" pour tenter d'aller encore plus loin dans le démantèlement des biens publics conformément à leurs intérêts et aux directives de Bruxelles.Car c'est bien à une guerre de classe à quoi nous avons affaire!

En soulignant au passage que parmi les arguments employés par le commentateur attitré (présent sur de nombreux plateaux) Thomas Snégaroff, il y a l'odieuse allusion de collusion avec la Shoa nazie. mais bien sûr quand on veut tuer son chien on dit qu'il a la rage!

C'est donc dire que face de surcroît à leur volonté d'aller très vite la question de l'opinion publique, de son soutien au conflit qui s'annonce est bien la question décisive pour l'emporter.

D'autant que l'ensemble des médias aux mains de 9 milliadaires, et le service public d'information comme en atteste l'émission de la 5 ce dimanche va entonner la même chanson et se saisr de toutes les occasions pour tenter d'isoler les cheminots et les agents publics de manière plus générale.

Car c'est bien à une guerre de classe à quoi nous avons affaire!

L'opinion publique doit leur être disputée parce que ce combat c'est aussi fondamentalement un combat pour la défense du service public ferroviaire et que la possibilité de convaincre est forte, en premier lieu parce que c'est l'ensemble des services publics qui sont agressés : fonction publique d'état, système de santé, hôpitauX, EHPAD ...

Faire comprendre très largement que nous avons affaire à une agression globale contre nos garanties collectives égalitaires : le droit au transport, le droit de se soigner, le droit de se loger décemment ... 

Et ce sont toutes les forces conscientes des enjeux majeurs de l'heure qui doivent se porter au devant des travailleurs, des usagers des transports, dans les quartiers, dans les entreprises, dans les gares, sur les médias alternatifs, les réseaux sociaux ... qui doivent disputer âprement à l'oligarchie le sens de ce qui s'engage dans ce combat!

 



19/02/2018

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres