Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

Union Locale CGT de Lanester, Hennebont et sa région.

''Coût'' du travail : Chérèque-Médef, même combat ? 04 09 2012

    source : 20 minutes.fr

 Coût du travail: Thibault compare le diagnostic de la CFDT et celui du Medef

Créé le 03/09/2012 à 15h22 --

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault le 12 janvier 2012 au siège de campagne de François Hollande à Paris

Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault le 12 janvier 2012 au siège de campagne de François Hollande à Paris Fred Dufour afp.com

SOCIAL - Le secrétaire général de la CGT Bernard Thibault a critiqué lundi sur RTL la proposition de François Chérèque de baisser coût du travail...

Interrogé sur les propos de François Chérèque, Bernard Thibault a rétorqué: «c'est ce que dit aussi le Medef et nous avons une différence de diagnostic».

 

Un «facteur de perte de compétitivité» pour la CFDT

Dans un entretien au Journal du Dimanche, François Chérèque a préconisé de «baisser le coût du travail»-- «facteur de perte de compétitivité» -- «en transférant une partie des charges sur la CSG, sans toucher le pouvoir d'achat».

Le leader cédétiste a toutefois souligné que «pour agir sur la compétitivité» il fallait agir aussi «sur plusieurs leviers, notamment la recherche, l'innovation, la formation».

 

«Sécuriser l'emploi», priorité de la CGT

Bernard Thibault a «récusé le fait que la crise économique, la crise sociale, le niveau du chômage s'expliquent principalement par des salariés qui en France coûteraient trop cher ou bénéficieraient d'une législation sociale, en matière de temps de travail par exemple, trop rigide, selon les employeurs».

«Le gouvernement va devoir orienter la future négociation sur ce que nous devons faire pour sécuriser l'emploi», avertit-il, assurant que la CGT ne refuse pas «le débat sur la compétitivité» mais n'allait «pas laisser le Medef être seul à défendre ses arguments».

Il rejette la flexibilité «qui se fait dans tous les pays européens» -- "«e chômage n'a jamais été aussi important» -- et met en cause «le sous-investissement dans les entreprises» ainsi que le «sous-engagement dans la formation professionnelle».

Evoquant une «situation dramatique» alors que le seuil des 3 millions de demandeurs d'emploi sans activité a été franchi, Bernard Thibault a relevé qu'«il n'y a pas que la situation des sans emploi qui est naturellement une des urgences».

Il y a également «entre 5 et 6 millions de nos compatriotes qui sont en situation de sous-emploi», a-t-il dit.

 

DOM compris, 3,232 millions demandeurs d'emploi sans aucune activité étaient recensés fin juillet -- 4,733 millions au total, en incluant ceux avec une activité réduite, selon les derniers chiffres du ministère du Travail.

 

© 2012 AFP


04/09/2012

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 70 autres membres